Le cuiseur économiseur à bois

Composants :
On peut se les procurer dans tous les pays :
- Bidon en métal
- 2 cylindres
- Une grille et un cercle coupe-vent entourant la casserole.
- Un trépied.
Tous ces composants viennent de la récupération.

Isolant :
Cendre en priorité, ou terre. EN AUCUN CAS DU SABLE !

Construction :
Pour un chaudronnier ou un bon bricoleur, il s’agit d’assembler deux cylindres, d'en faire un coude, et de confectionner une grille.

 
 
Utilisation :
C’est la même qu’avec un feu trois pierres : alimenter en bois et surveiller la cuisson.

Conditions d’utilisation :
Même utilisation qu’un poêle à bois traditionnel et que le feu trois pierres, mais la combustion y est plus efficace et elle nécessite huit fois moins de bois.

Performances :
10 litres d’eau bouillent en 15 min, avec seulement 500 g de bois au lieu de 4 Kg avec la méthode traditionnelle du feu ouvert.

 
Atouts :
- Corvées de bois passant de une par jour à une par semaine
- On divise par huit l’achat de bois
- Construction facile avec des matériaux de récupération
- Facile à déplacer
- Coût du cuiseur : 20 euros environ, amortis en douze mois
- Durée de vie : 8 ans, à condition de le conserver au sec et de bien respecter l’épaisseur des cylindres.
- Il ne change pas les habitudes (manipulation de bois), mais facilite la vie au quotidien
- Peuvent brûler : rondins, branches, bouses.
- Possibilité d’utiliser des grands récipients, en adaptant une corolle de métal
- Brûle jusqu’à 8 fois moins de bois ; moins de produits nocifs dans les gaz de combustion

Faiblesses :
- Le cuiseur ne fonctionne que sur des flammes et non sur la braise
- Suppose une présence constante près du feu

Précautions :
Même si les fumées dégagées par ce cuiseur sont moins nocives qu’avec un cuiseur à bois traditionnel, son utilisation ne doit se faire qu’à l’extérieur.